Partagez | .
 

 [terminé] Plouf, Carrousel / PV Sakura Satô

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kokiri
Messages : 57

Feuille de personnage
Rubis:
149/4000  (149/4000)


MessageSujet: [terminé] Plouf, Carrousel / PV Sakura Satô    Sam 23 Juin - 17:11

Je nage vite. Je vais y arriver ! Gloups... non... je vais mourir.... je remonte:
"- Bon, t'as fini de jouer dans l'eau?"
Me dit Ebanrab assis sur le rocher près de mes armes. Je boude. Je n'arrive pas aller loin sous l'eau. Car je ne suis qu'une Kokirie, c'est pas drôle!! Je revient vers la rive verdoyante, complètement trempé, et je m'accroupit face à un mur, la tête dans les bras. Je veux voir des zora moi!! Je boude encore, quand un papillon de couleur bleu me passe sous les yeux, je regarde alors autour de moi. Le paysage est beau, grandiose et tellement changeant, après la montagne de la mort étouffante et dangereuse, la douceur de ce lieux m'apaise. Le lac hylia, encerclé par des falaises droites, reflétait la lumière du soleil, comme un grand miroir, et la végétation qui l'entourait, ajoutait de la magie à ce superbe endroit. Finalement, je peux aussi m'amuser en dehors de l'eau. Ebanrab semble aimer, la douce brise qui lui passe dans les cheveux, le voir aussi calme, me donnerai envi de me posait par terre et de dormir. Mais je ne suis pas fatiguée, Le soleil a pratiquement séché mes vêtements, dons je prend mes armes, et me remet à marcher à la recherche d'un nouveau lieu à explorer. Ebanrab vint dormir sur mon épaule, moi je marche, en me remémorant le village Goron. Quand soudain j'entend une petite musique, paisible, au loin. Je l'entend à peine... Es mon imagination? ... Non il ya bien de la musique, je marche plus vite et j'entend la musique de plus en plus fort. Je me rapproche ? Je passe sur un pont de bois, et là... J'arrive dans un lieux colorée où les gents fourmis, de partout. Il y a de la musique, des gents rient et s'amuse. D'autre cris des chose comme:
"- Venait jouer au jeux du grand plongeons !! Cinquante rubis à gagner aujourd'hui!
Je suis heureuse, ça sent bon les sucreries. Je traverse la foule en fête et j'arrive alors devant un carrousel paré de mille couleur, un veille homme se tien devant le manège et m'appel:
"- Heho, petite vient !!"
Il est souriant, il est habiller avec un kimono. Il à l'aire gentil, je met mes mains dans mon dos, je fais les yeux d'anges et un sourire de petite fille modèle. Le monsieur me dit avec un sourire:
"- Bonjours, c'est la première fois tu vient ? Je ne t'avez jamais vu avant."
J'ajuste mes cheveux derrière mes oreilles et je répond gentillement:
"- Oui, je suis une kokirie ! C'est quoi ici?
- Ici c'est le regroupement des attractions du Lac hylia."

Me répond le vieux bonhomme. Il attend un peu, prend un aire pensif et le demande:
"- Mais dis moi, c'est assez loin la forêt Kokirie, non ? Et tu as l'aire assez jeune... Que fais tu seule dans ces terres lointaines ? Et pourquoi et tu armée si férocement ?"
Je m'empresse de lui répondre mais je suis interrompu par un cris. Je ne comprend pas, les gents cours, moi je ne comprend rien, mais le vieille homme me fais signe de me cacher, non... Je vois pas pourquoi. Les attractions ont fermé, la musique s'est arrêté et l'odeur des confiserie est remplacé par une senteur de poudre et cuire usé. Des monstre arrive à cheval au galop, il s'arrête au centre de la place. Ils sont très moche, ils ont la peau verte, ils sont habillés comme des sauvages et ont tous des haches. J'en vois quelques uns qui descendent de leurs montures et qui se jète sur les gents pour les attaquer. Mais moi j'aime pas les méchant pas beau! Alors je sort mon arbalète, j'en touche un à l'épaule puis en pleine tête, je touche un second en plein coeur. Ils s'écroulent et les autres reculent. Ils me regarde tous en silence, de leurs petits yeux noir. Quand j'entend un rire moqueur, sortir de ses lèvres, de leur chef. Je lui tire dessus. Juste blessé il descend, sort son épée et sonne l'assaut. Les monstres se ruent vers moi, je jète mon arbalète et je sort mon épée que je plante dans le ventre du premier monstre. Les monstres affluent autour de moi, mais j'ai l'impression qu'ils sont faible, il ne me font pas mal. Moi en revanche je les blessent, le sang coulent en abondance. Au bout de dix minutes, les monstres prennent peur, ils s'éloignent, le chef lui s'avance doucement, très doucement... Ça m'énerve. Il marche toujours, plus doucement.... Ça m'énerve d'avantage... Je rentre mon épée dans son fourreau... Il marche très doucement... Je perd patience. J'inspire un grand coup, la chaleur en même temps que la colère monte en moi. Sous mes pied, la terre brule, il lève son épée et je cris le feu de ma rage. Le chef ne fût plus qu'un tas de chaires calcinées. Une fois la fumée retombé, les monstres ont pris la fuite. Je me tourne, tell une héroïne que je ne suis pas, et je dis fièrement:
"- Ses armes... C'est pour botter les fesses des vilains !!"
Les gents sortent de leurs cachettes et m'applaudisse. La musique repart, les mauvaises odeurs s'éloigne et les manèges se remettent à tourner. Je suis heureuse, Ebanrab vint se poser son mon épaule et me dis:
"- T'es pas du tout crédible en justicière."
Je fais "Poou" et je récupère mes armes. Le vieille hommes me rejoint et me remercie. C'est alors que mon ventre grogne... je croit... que j'ai faim... et je n'est pas de provisions:
"- Mais c'est pas vrai d'être stupide a ce point !!"
Me cris Ebanrab en ce moquant de moi. Le monsieur du carrousel me propose, de me donner de la nourriture. Il m'invite donc chez lui. Je suit le gentil bonhomme . Derrière le manège au bout d'un ponton de bois, il y a une maison sur l'eau. C'est chez lui? c'est tros jolie !! J'entre et j'arrive dans un petit salons chaleureux où se trouve une jolie dame à la chevelure rose. Elle me sourit, elle est très belle, je suis intimidée. Ebanrab aussi la trouve belle, il se cache dans ma poche, car il rougit. Elle me dit de m'assoir et me serre une brioche fourré au chocolat. J'aime les chocolat!! Je la dévore d'un coup, le monsieur repart pour faire travailler le carrousel. Sa femme est dans la cuisine et me fais mes provisions. Je cherche une occupation, quand j'entend des rires. Ça vient d'une chambre, pas loin. Curieuse, je me lève et je vais voir. Ebanrab essaie de me retenir, mais je veux voir! J'arrive près de la porte. Et je vois une fille avec de long cheveux rose qui chantonnait pour un garçons au cheveux long et violâtre. Ce dernier ne semblait pas en très grande forme, mais il souriait. Je penche pour mieux voir, et là.... aïe! Je glisse et me voilas à découvert. Je suis parterre, et il me regardent avec de grand yeux étonnés, je m'agenouille et je dis:
"- Désolé !! J'aurais pas dû !"
La belle dame arrive derrière moi est esquisse un rire amusé, avant de me dire:
"- Jiidaru, je te présente ma fille Sakura et mon fils Saerah."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zora
Messages : 21

Feuille de personnage
Rubis:
535/4000  (535/4000)


MessageSujet: Re: [terminé] Plouf, Carrousel / PV Sakura Satô    Sam 23 Juin - 20:20


    L'après midi pointait son nez. Un brin de soleil arrivait à passer entre les minces rideaux de tissu qui couvrait la fenêtre de la chambre de Saerah. Sakura soupira et les ouvra en tirant dessus d'un coup sec. Le soleil baignait alors la pièce. Son frère s'était assoupi sur son bureau, sans doute avait-il commencé à écrire quelque chose, il racontait toujours diverses histoires comme cela, c'était d'ailleurs lui qui le les contait lorsqu'ils étaient enfant.
    La jeune zora était revenue faire escale chez ses parents le temps d'un ou deux jours pour voir que tout allait bien. Et visiblement, les jours devaient passer et se ressembler : son frère écrivait toujours, et sortais les jours ou il se sentait mieux.
    Sakura tira un tabouret à côté de son frère et l’observa dans son sommeil. Elle lui caressa les cheveux, gardant quelques mèches dans sa main. Ils avaient encore grandit depuis qu’elle était partie, et leur reflet Carmin ressortait de plus en plus. Saerah avait les plus beaux cheveux du monde, que toutes les filles auraient envié s’il avait pu parcourir le monde et les faire connaître de tous. Et dire que son grand frère avait cessé de les couper par rapport à l’une de ses remarques étant enfant… Et cela lui faisait toujours autant plaisir de se remémorer cela en voyant sa chevelure. Même ses cils avaient quelque chose de féminin, ils étaient longs et faisait ressortir ses yeux lorsqu’il dormait. La jeune fille remit une de ses mèches derrière son oreille et toucha la joue de son frère de son majeur avec insistance.

    « Saerah ? »

    Il donna un coup d’épaule distrait : il devait avoir entendu son appel du plus profond de son rêve mais en voulait sans doute pas en sortir. Alors elle lui pinça la joue come il le lui faisait autrefois lorsqu’elle était dans les bras de Morphée.
    Sakura prononça son nom une nouvelle fois et il ouvrit les yeux. Deux yeux carmin, de la même teinte que ses cheveux, les mêmes que leurs grand frère. Saerah la regarda quelques minutes, le temps de bien se réveillé et d’analyser la situation et sourit brusquement lorsqu’il eut compris qui il avait devant lui.

    « Oh ! C’est toi Sakura ! »

    Il releva la tête et agrippa les bords du bureau avec ses doigts pour se pencher suffisamment en arrière afin de regarder sa petite sœur. Celle-ci lui renvoya son sourire et attrapa une brosse à cheveux et entama de coiffer son frère. Celui-ci croisa les bras et ils entamèrent leurs discutions habituelles : lui voulant savoir ce qu’il se passait là-dehors, elle lui racontait tout ce qu’il lui était arrivé depuis son départ. Elle réunit en une queue de cheval haute ses cheveux soyeux de Saerah et se remit à sa place : sur la chaise qu’elle avait tiré auparavant. Son frère lui attrapa le menton tout doucement et ne cessa de sourire.

    « Tu as encore grandit. Le temps passe vite… »

    Sakura comprit ce que cela voulait dire : le temps passait, et lui, ne pouvait grandir comme il l’aurait du. Elle serra sa robe entre ses doigts et se mordit la lèvre inférieure, sentant ses larmes monter mais ne voulant pas les montrer à son grand frère, elle devait paraître forte ! Elle devait à tout pris trouver de quoi guérir Saerah, et tout redeviendrais comme avant, il pourrait l’emmener au fond du lac dans les plus beaux endroits qu’il avait trouvé, et lui montrer là ou les fleurs à vie poussaient. Elle l’entendit soupirer et il se pencha vers elle avec une mine inquiète.

    « Ne t’inquiète pas grand frère, je vais vite trouver ce qui pourra te guérir. »

    Il pencha la tête sur le côté et posa sa tête sur sa main et lui posant une main sur sa tête. Ce n’était pas ça. Il s’inquiétait vraiment pour elle, surtout parce qu’elle sacrifiait sa jeunesse pour lui. Il attrapa une de ses couettes et la porta à sa bouche, ce qui fit frissonner sa sœur. Saerah était son frère le plus précieux, surement du au fait qu’il avait un an de plus qu’elle, tandis que ses autres frères étaient bien plus grands qu’elle et étaient déjà beaucoup plus occupé avec autre chose pour jouer au même jeux qu’eux deux.

    « C’est à toi de ne pas t’inquiéter. Je ne veux pas que tu ne t’occupes que de moi Sakura, même si ça me rend très heureux… »
    « Hum… Tu te rappelles quand tu me chantais la même chanson que Maman pour nous endormir ? »


    Elle comprit là où il voulait en venir et se leva sous son regard serein. Elle inspira un grand coup se mit à fredonner une berceuse que seule elles et ses frères avaient du entendre, car elle avait été faite pour eux. Saerah rit et l’applaudis chaudement.
    Et puis quelque chose tomba à terre dans un fracas que même la mère des deux adolescents avaient du entendre. Et justement, celle-ci passa la tête par la porte, des assiettes à la main et s’adresse à ce qui venait de tomber : une enfant d’une dizaine d’année, rousse possédant des jolis petits yeux bleu marine.

    « Jiidaru, je te présente ma fille Sakura et mon fils Saerah »


    Le silence s’installa et le jeune zora toussa tandis que Sakura accourait vers lui pour lui toucher l’épaule en signe de soutiens, mais il adressa quand même un signe de tête à l’inconnue pour lui souhaiter la bienvenue.

    « Maman ! Combien de fois allez-vous inviter des inconnus à la maison ? »

    Son frère sourit, tandis que la jeune fille fronçait les sourcils en oubliant sa timidité habituelle : ici, elle était avec son frère, en sécurité, et rien ne pouvait brisé leur harmonie une fois qu’ils étaient réunis, même pas sa fichue maladie. Néanmoins, Sakura se pencha tout en rejetant ses couettes roses en arrière pour relever l’enfant. Elle l’aida à enlever la poussière de sa robe et lui sourit. Elle était plutôt à l’aise avec les enfants, et c’était peut être pour cela qu’elle ne ressentait aucune gêne en la touchant.

    « Comment t’appelle-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kokiri
Messages : 57

Feuille de personnage
Rubis:
149/4000  (149/4000)


MessageSujet: Re,Re, Plouf, Carrousel / PV Sakura Satô   Sam 23 Juin - 21:42



Je suis tombée par terre, et me voilà face à une jeune fille au cheveux rose et un garçon violet. Les enfants de la gentille dame. Je me sens un peu de trop, ma curiosité ma encore portait la mal chance. La salle est lumineuse, je ne distingue pas les visages des deux frère et soeur. Je suis intimidée je ne sais pas quoi faire... Ebanrab cacher dans ma poche vient se poser sur mon épaule. Je reste par terre silencieuse. La garçons violet semble malade, il tousse et sa soeur semble protectrice. A les voir, je n'aurais jamais deviné que c'était son frère... Ils ont l'aire proches, moi je ne suis pas comme ça avec mes frères, ils faut dire qu'ils sont pas sympa et un trop nombreux. Saerah n'as pas l'air méchant, Sakura m'impressionne. Assise par terre elle me parait très grande. J'entend cette dernière dire:
"-Maman ! Combien de fois allez-vous inviter des inconnus à la maison ? "
Là je me sens vraiment de trop, je regrette d'être venue. J'ai envi de me cacher. A droite, un mur. A gauche, un mur. En face, la grande fille au cheveux rose. Derrière, les jambes de la moman. En haut.... euh... plafond... Je n'ai plus qu'une solution... creuser le parquet. Mais là, je n'entend plus de bruits . Que ce passe t'il ? La grand fille aux cheveux rose se baisse en face de moi, et me relève. La lumière semble moins forte, Sakura me dépoussière, je la regarde... Elle n'est pas si grande que ça, ses yeux sont clairs et gentils, il me donnent confiance. Le sourire de la joli demoiselle me calme, plus besoin de creuser le parquet. Sakura me dit d'une voix gentille:
"-Comment t’appelle-tu ?"
Je remarque son visage, étonnement parfait, on dirais de la porcelaine j'ai envi de le toucher. Mince oui, elle m'a posé une question. Un peu distraite je répond:
"- Ji... Jii.... da... Jiidaru.
- C'est une jeune Kokirie, qui à vaincu des monstres qui ont attaqué les attractions. Et pour la remercié, votre père lui proposé de lui offrir des provisions."
Dit la moman en me donnant un parquet blanc, il sent bon la nourriture. Je sourit à la mère, pour la remercié et le montre à Ebanrab la contenance du paquet; trois brioches au chocolat, du jambon, du riz, des oeuf à le coque et un pain encore chaud, je me régale déjà à l'avance devant ce cadeau. Mais, je n'oublie pas les bonnes manières que m'a apprisse Masaru! Je referme le paquet et remercie en m'inclinant devant la moman. Sakura et Saerah m'observe je sens leurs regard sur moi. Je crois que j'ai une idée... Sakura à l'air gentil.. Je l'observe longuement... je lui fais un câlin. Elle semble surprise, je remarque un parfum agréable sur Sakura, une odeur inconnu. Je la lâche et me recule, pour lui faire un grand sourire. Je regarde son frère, il a l'aire gentil, mais n'as pas l'aire très bien. Je préfère ne pas le toucher. Je m'amuse bien finalement, ils sont gentils les zora. Mais une chose me perturbe, es que j'ose.... Oui, au pire je peux toujours creuser le parquet. Je regarde le garçons violet et lui demande:
"- Qu'es que tu as ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zora
Messages : 21

Feuille de personnage
Rubis:
535/4000  (535/4000)


MessageSujet: Re: [terminé] Plouf, Carrousel / PV Sakura Satô    Dim 24 Juin - 11:00


    « Ji... Jii.... da... Jiidaru. »

    L’enfant semblait perdue, étouffée par tant de présence. Sakura comprenait très bien ce genre d’émotions, elle les ressentait souvent lorsque sa timidité enfantine remontait à la surface, faisant craquer le vernis lisse et fragile qu’était sa confiance. Alors, elle sourit encore, pour essayer de mettre à l’aise l’invitée qui se tenait devant elle. Que pouvait faire une enfant toute seule ici ? Sans parents, ni aide extérieur ?

    « C'est une jeune Kokiri, qui a vaincu des monstres qui ont attaqué les attractions. Et pour la remercier, votre père lui proposé de lui offrir des provisions. »

    La mère des deux zoras lui sourit tout autant qu’ils le faisaient alors. Sakura était son portrait craché : fine, possédant une chevelure rosé longue jusqu’aux hanches et la même peau blanche qui ne prenait jamais le soleil malgré qu’elle y soit exposée. Mai selle, était une femme, et sa fille, était plus mignonne que ‘belle’, du moins, c’est ce qu’elle ressentait.
    La femme offrit un paquet blanc à Jiidaru, sans doute de la nourriture enveloppée dans un torchon qui provenait de la cuisine. La petite fille s’avança pour prendre ce cadeau en l’offrit avec une mine affamée : la nourriture de la zora était la meilleur que l’on pouvait gouter sur les berges du lac Hylia.
    La jeune kokiri s’incline dans une petite courbette – sans doute sa façon de les remercier. Pis, observe longuement Sakura, qui se sent rougir de la tête au pied – voilà que sa timidité commence à refaire surface, pour finalement se voir enlacer par la petite. Jiidaru sentait l’odeur de la forêt et des aiguilles de pin. Alors, elle met ses mains sur les épaules frêles de l’enfant et l’attire à elle.
    Puis, leur étreinte prend fin, et c’est sans doute ainsi qu’elle devrait repartir. Saearah n’a toujours pas dit un mot, observant la scène avec calme, comme à l’habitude, souriant presque, mais ne le faisant pas, de peur de gêner un moment d’intimité. Comment les enfants peuvent-ils voir le monde ? Comment voyaient-ils le monde à cet âge là ? Cette époque ou Saerah pouvait sortir quand bon lui semblais, admirant leur frère s’entrainer au tir à l’arc, ou bien écouter la mélodie qui sortait du saxophone de leur ainé ?

    « Qu'es que tu as ? »


    Le silence s’installe. Qu’est-ce qu’à Saerah ? Eux même ne le savent pas, cela restera sans doute une question en suspend, pour la simple et bonne raison qu’il n’y a pas de réponse. Mais le grand frère se lève, laissant retomber ses cheveux le long de son dos, ne le gênant pas dans ses mouvements amples puisque sa sœur les lui a attaché un peu plus tôt.
    Il a une allure de prince, presque la même que Sean, leur ainé, mais en moins royal, les frères satô se ressemblent tous d’un point de vu attitude, qu’ils ne doivent qu’à eux-mêmes, ne la tenant ni du côté paternel, di maternelle. Mais il ne répond pas à la question de la filette, il se contente de lui sourire gentiment, comme il le faisait auparavant à Sakura, lorsqu’elle venait l’embêter pendant sa lecture pour qu’il lui raconte celle-ci. Et la jeune fille comprend. Alors, elle pose une main sur l’épaule de leur invitée et fixe leur mère avec un regard insistant.

    « Il est malade. »


    Il n’y a pas d’autre réponse. Comment dire à un enfant que cette personne qui lui fait face, qu’elle ne connaît même pas peut certainement mourir ici et maintenant ? Que sa vie ne tient qu’à un fil, dont on ne sait même pas la largeur ? Voilà ce que vit Saerah, ne pouvant bouger de sa chambre, qui est devenue petit à petit une prison dorée, dont le seul échappatoire et la fenêtre qui lui montre les berges du lac, qui sont tant chère à son cœur, ou bien, les courtes visites de sa sœur. Mais il ne se plaint jamais, sachant très bien que les balades fréquentes qu’il peut faire dans le territoire zora sont tous ce qu’il peut faire, et que c’est déjà un beau cadeau, que de ne pas devoir resté couché toute la journée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kokiri
Messages : 57

Feuille de personnage
Rubis:
149/4000  (149/4000)


MessageSujet: Re,Re,Re, Plouf, Carrousel / PV Sakura Satô   Dim 24 Juin - 14:43

Un malaise s'installe, on semble incapable de dire un mot. Aurai je mieux fait de me taire? Il ya un air de non dit dans la pièce, comme un tabou, que dois-je faire? Je sens Sakura et Saerah, gênés par la question que je vient de poser. Ebanrab se glisse à mon oreille pour me dire:
"- Bravo, comme plombeuse d'ambiance, tu t'affirme."
Je ne comprend pas... ou plutôt je n'ai pas envi de comprendre. Le garçons aux cheveux violet, se lève et vient vers moi. Il va ma taper? Non il sourit. Au pire y a toujours l'option du parquet. Il me sourit, en guise de réponse. Sakura, pose sa main sur mon épaule, et me dis l'évidence:
"- Il est malade."
Je vois dans le regard des deux frangins, une lumière discrète qui appel au silence. Dans la pièce lumineuse, le temps est devenu lent, je commence à m'ennuyer. Que faire?... Ebanrab, sort à nouveau, de ma poche et prend un aire alerté, il dit:
"- Y'a un danger."
Sur ces mots, je le ressent à mon tour. Je court hors de la chambre pour aller dans le salon récupérer mes armes. Je sort hors de la maison. Le soleil à laissé place à l'orage et Lac hylia semble déchainé. Je sens une odeur dans le vent, une odeur de moisissure aussi vieille que temps lui même. Quelques chose de putride, s'approche. J'arrive sur un des cotés de la maison face à une grande parcelle d'eau, qui semble être de plus en plus sombre. Derrière J'attend des bruits de pas, sans doute la famille venu voir ce qui se passe. J'attend et j'observe, un grondement ce fait entendre. Je charge mon arbalète de mes flèches, et c'est alors que deux énormes montres, sortir de profondeur du Lac. Haut d'une vingtaine de mètres, ils ressemblent à de grandes sangsues géantes, avec leurs bouches énormes, qui dégage une odeur infecte. Leur peau grise est abimée et gluante, elle semble moisi par endroit. Par la gauche, je vois l'un des monstres s'attaquer la maison, mais il est vite contre carré par Sakura. Cette dernière, enlève de ses cheveux une broche, qu'elle empoigne telle une épée. La classe!! Je la laisse donc se charger du premier gros méchant. Quand à moi, je saute sur le dos de la sangsue face moi, et lui plante mon épée sur la partie de son corp émergé. Il lance un cris de douleur assourdissant, sans doute dans le but de me faire lâcher prise. Il commence à tourner sur lui même, et me voilà un coup dans l'eau, un coup dehors. Au bout d'un moment il cèsse, il croit sans doute que ça suffis pour se débarrasser de moi ! Et bien non! Je prend moi arbalète et tire un coup dans la tête, il semble ne pas apprécier. Il hurle encore, je tente de débloquer mon épée coincé dans la chaire du monstre puant. Celui çi hurle, à mesure de le sang coule et diffuse dans l'eau. Et la j'ai une idée... J'enfonce mon épée et la tire vers l'arrière pour agrandir la plaie, déchirant au passage, les croutes moisies de la bête marine. Ebanrab sort de ma poche et me dit:
"- Attention tu vas tomber!"
En effet, je glisse et me retrouve à cheval sur le monstre qui agonise. Je suis couverte de sang et les boyaux sanguinolent de la bête se déverse dans le lac. J'ai réussie, je le voie, mon adversaire qui sombre très vite. Je m'empresse à m'en aller quand je sens une résistance. Ah non... mon épée reste coincé. Je coule au fond du lac, ne pouvant pas laisser ma précieuse lame disparaitre ainsi. Le sang qui se diffuse m'empêche de voir devant moi... Que faire? C'est alors que le sang se dissipe de ma vue. Je tire de toute mes forces sur mon arme. Je tire. Le manque d'air et la pression de profondeurs commence à m'atteindre. Je tire. Es que je vais mourir ici ? Mon arme se décroche. j'utilise mes dernière force et je tente de remonter. Mon arbalète et mon épée sont encombrantes et me tire vers le fond. Plus d'air, l'ivresse des profondeur me gagne.... Ça me r'appelle quelques chose.... Moi seule.... dans une marre de sang.... Où s'était déjà ?... Je ne sais plus. Tanpi. Dans un dernier espoir de survie de souffle:
"- A l'aide...."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zora
Messages : 21

Feuille de personnage
Rubis:
535/4000  (535/4000)


MessageSujet: Re: [terminé] Plouf, Carrousel / PV Sakura Satô    Mer 27 Juin - 11:36


    La demoiselle changea d’expression en une fraction de seconde puis courut à une vitesse folle en dehors de la pièce. Saerah la regarda partir du coin de l’œil et posa une main sur l’épaule de Sakura, comme si lui aussi avait ressentit quelque chose, il poussa sa sœur par une légère tape dans le dos et celle-ci lui adresse un dernier regard avant de passer devant sa mère tétanisé et de quitter la maison aussi précipitamment que leur jeune invitée.
    Jiidaru était déjà devant la maison, sous la pluie battante, se fichant de savoir si l’orage était puissant ou non. Un grondement sourd retentit, et la jeune zora prit pour que Saearah est assez de force pour se défendre lui mais aussi sa mère si jamais elle échoue dans sa mission.
    La kokiri arme son arbalète, pendant que des monstres sortent de sous la surface du lac aussi lentement que possible. Sakura frissonne alors, ne s’étant jamais doutée que ce genre de chose pouvait vivre dans ce lac, dans son lac ! Et dire qu’elle avait nagé parmi les poissons et les oraux qui habitaient le fond de cette étendue d’eau sans jamais croisé une de ces choses…
    Un des ennemis essayent de percer la barrière que les deux jeunes filles formes, mais aussi vite que possible, la zora empoigne … et la brandit fièrement devant lui, c’est un avertissement on ne peux plus clair.
    Elle libère alors …, l’esprit qui habite son arme, il ne peut que lui servir, même s’il n’a pas quarante mille solutions pour agir : gêner les adversaires et c’est tout. Sakura se contente d’esquiver les coups mous et mal organisés que les monstres lancent et répliquent alors de suite en leur enfonçant son épée dans les côtés ou dans les divers points faibles à portée de main. Mais finalement, ce ne sont que de piteux adversaires, faibles et juste là pour épater la galerie, sans pour autant posséder quelque chose dans le ventre
    Une fois les monstres qui s’attaquaient à elle achevés, Sakura se contente de grimacer en perspective du nettoyage de sa broche qui l’attend. Ses cheveux roses sont relâchés, n’ayant plus rien pour les soutenir, et la gêne avec tout ce vent, mais heureusement, la pluie les mouillent les fait ses coller à son cou, ils ne viennent donc pas dans son visage.
    Quelque chose manque… Jiidaru ?
    Oui ! Mais ou est Jiidaru ? La zora s’inquiète, ne voyant personne à ses côtés, à part des cadavres et… des cadavres…Et puis, un sons de plongeons lui fiat tourner la tête.

    « Jiidaru !! » crie-t-elle avec empressement.

    Elle se met à courir là ou sa petite fille est tombée à l’eau, emportée par on ne sais quoi, et sans hésiter saute la tête la première dans l’eau glaciale du lac Hylia. Si la petite est une kokiri, Sakura est une zora, et peu ainsi respirer sous l’eau, et c’est donc sans aucun problème qu’elle se glisse à ses côtés pour l’empoigner par les hanches et la prendre avec elle. Battant des pieds, et brassant l’eau de sa main libre, la jeune fille nage aussi vite que possible pour rejoindre l’air libre. Combien de temps peut-tenir un être comme elle déjà ? Elle ne se souvient plus, mais elle espère que ce n’est pas trop tard.
    Et puis, elle sent avec soulagement le contact de l’herbe avec ses doigts, logeant un peu de terre sous ses ongles, mais au moins, elle va peut être sauvé l’enfant. Pourvu qu’elle s’accroche encore un peu. … flotte dans l’air autour d’elle et la regarde hisser l’invitée sur la berge du lac. Celle-ci est inconsciente, et Sakura profite juste de quelques minutes pour souffler.
    Et… Qu faut-il faire quand quelqu’un est inconscient ? Du bouche à bouche ? La jeune femme panique : elle n’a jamais été confronté à ce genre de chose auparavant ! Tous ses amis savaient respirer sous l’eau et d’aussi loin qu’elle s’en souvienne, aucun d’entre eux ne s’est jamais évanouie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kokiri
Messages : 57

Feuille de personnage
Rubis:
149/4000  (149/4000)


MessageSujet: Re,Re,Re,Re, Plouf, Carrousel / PV Sakura Satô   Mer 27 Juin - 17:38

Aie.... ma tête... me fait mal... ou non.. c'est juste une impression. En faite je ne sens rien... comme si.. j'était morte. Es possible que je soie morte, noyé ? C'est possible, mais... pourquoi je pense? Je pense vraiment, ou bien je ne pense pas. Pff... c'est ennuyant.. cette situation. Mais je sens quelque chose... C'est le vent ? Non c'est mon dos... en faite non... c'est pas le vent. C'est l'herbe. Je me sens bizarre. Je n'entend rien, mais petit à petit, un souffle continue s'entend dans ma tête. Es moi ?... Je n'en sais rien!! Soudain je sens un coup dans mon corp. Puis un seconde, dans mes pieds... Dans un pied? Puis un troisième, dans mon ventre? Ah non... c'est ma poitrine... Les coup devienne plus violant. Et d'un coup je respire, une douleur m'attaque. Ma respiration est encombré par l'eau du Lac. Mais très vite, elle s’en va... Je me réveille, doucement, j'ouvre les yeux... Sakura est au dessus de moi, le pluie nous tombe dessus. Mes yeux ouvert reste bloqués dans ses yeux. J'ai du mal à bouger, et je ne comprend rien. Ebanrab est là lui aussi il à l'aire paniqué. Moi je suis toujours bloqué dans les yeux de Sakura, eux inquiets. Je ferme mes yeux et je les ouvres à nouveau. Sakura à ses mains posées sur ma poitrine, je me redresse elle me regarde avec un aire soulagé. Je suis.... je suis.... vivante!! Je sourit et je saute au cou de ma sauveuse et lui glisse à l'oreille:
"- Merci."
Elle me rend mon câlin. Je ris, je me suis bien amusé aujourd'hui... Ebanrab me dispute et fonce dans mon bras pour me donner des coups, Sakura m'aide à me relever. Je lui sourit et... je croit que j'ai une idée. Je cherche dans ma poche un petit truc, que j'ai récupéré à la montagne de la mort. Le bocal de sable. La pluie, s'arrêta aussi vite qu'elle était venue et le soleil illumine à nouveau le Lac. Je tend le bocal à Sakura qu'elle le regarde éttoné. Je lui dit gentillement:
"- Je ne sais pas si ça marche... mais il parait.. que ça guérit toute les maladies. J'espère que ça marche!!"
Elle regarde le flacon que je lui tend longuement. Peut être que ça marche pas, mais c'est tous ce que je peux faire pour elle, et pour son frère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zora
Messages : 21

Feuille de personnage
Rubis:
535/4000  (535/4000)


MessageSujet: Re: [terminé] Plouf, Carrousel / PV Sakura Satô    Lun 2 Juil - 20:23


    La petite ouvrit enfin les yeux et cela rassura Sakura, qui reprenant son soufflé pendant ce temps là. Jiidaru sourit à la jeune zora, comme si elle n’avais pas conscience qu’elle avait faillit perdre la vie dans les eaux froides et obscures du lac Hylia. Ce n’est pas un endroit de mort pour les humains, encore plus lorsqu’ils ont son âge (d’ailleurs quelle était le siens ? douez ou treize ans sans doute ?)

    “ Merci “

    Elle l’entreint de ses petits bras d’enfant et ris, comme si tout cela n’était qu’un jeu, alors que ça ne l’est pas du tout : cela a plus inquiété la jeune fille qu’autre chose. Et puis Sakura l’aide à se relever, reprenant elle aussi ses esprit, se disant qu’à présent la jeune fille ne craint plus rien, elle est revenue sur la terre ferme, plus besoin de stresser comme cela. Puis, en rouvrant les yeux, elle tombe nez à nez avec un bocal de sable et la jeune zora se demande bien ou son invitee à été pécher cela.

    “Je ne sais pas si ça marche... mais il parait.. que ça guérit toute les maladies. J'espère que ça marche!!"”

    Sakura le saisit d’une main frêle et douce, tout en souriant, sachant très bien qu’un simple bocal de simple sable pourrait changer quoi que ce soit à la situation de Saerah : cela ne ferait que bloquer davantage ses poumons. Cependant, elle ne lui dit rien, tout simplement parce qu’elle croyait bien faire. Elle se contente de ranger le bocal dans un pan de son kimono, le gardant près de son Cœur. Puis, elle passé une main dans les cheveux roux de celle qui en instant venant de devenir une sorte d’”amie”.

    “ C’est très gentil, Jiidraru. “

    Et elle lui renvoi un deuxième sourire, tout en la raccompagnant à la maison, ou sa mère les attendaient, aussi anxieuse qu’elle. On leur offrit des serviettes et du chocolat chaud pour qu’elle puisse se sécher et ce fut déjà le soir.
    Sakura du dire au revoir à la petite kokiri, la laissant reprendre sa route, comme elle même avait décidé de partir à l’aventure pour chercher son frère.

    “Je suis sure que se recroisera. N’hésite pas à revenir ici.”



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [terminé] Plouf, Carrousel / PV Sakura Satô    

Revenir en haut Aller en bas
 

[terminé] Plouf, Carrousel / PV Sakura Satô

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un endroit miteux pour un moment agréable [PV: Link, Sakura]
» En combien de temp l'avez vous terminé ?
» Torture à deux [PV: Link&Sakura]
» Ayumi Sakura Moody, la grande soeur de Winnie débarque (Pru WO2)
» Kinomoto Sakura maîtresse des carte ~[validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Legend of Zelda - The begin of end :: Archive RPs-