Partagez | .
 

 La montagne Goron de mes yeux [PV Kyohei Saotome]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kokiri
Messages : 57

Feuille de personnage
Rubis:
149/4000  (149/4000)


MessageSujet: La montagne Goron de mes yeux [PV Kyohei Saotome]   Ven 22 Juin - 20:37

Me voilà! Je suis enfin arrivé devant la fameuse montagne de la mort que j'avais tant hâte de voir. Elle est vraiment énorme je me sens vraiment très petite pour le coup. D'ailleurs je croit que Ebanrab, complexe encore plus que moi, vu la tête qu'il fait. En revanche, je remarque la beauté du paysage. Ça me change, des arbres et des buissons à pics. La montagne perçant le ciel avec majesté, et donc la teinte écarlate contraste avec le bleu du ciel dégagé. Je fait un pas de plus et me voilà engouffrée dans la chaleur de ses lieux. Ebanrab fait une drôle de tête je croit qu'il n'apprécie pas cet endroit, moi j'apprécie cette atmosphère bien plus que celle de la forêt, trop humide à mon goût. Je marche toujours attravert les roches brulante et je commence à m'habituer de mieux en mieux à la chaleur. Ebanrab lui ne semble très heureux, il me dis:
"- Da-chan... C'est bon tu as vu la montagne Goron, on peut aller ailleurs maintenant?
- Non vient juste d'arriver, j'ai pas croisé un seul Goron et j'ai pas mangé de cailloux!!"
Je lui répond, franchement décidé à en savoir plus sur le monde inconnu des mangeurs de cailloux. Il rajoute à voix basse avec des yeux encore plus blasés qu'à son habitude:
"- Je ne pense pas que tu puisse mangé des pierres..."
Je ne lui répond pas et me contente de tourner la tête en souffler un petit "Poou", pour lui montrer que je l'écoute pas. Je marche toujours, dans la montagne, mais là ça devint plus dur. Il me faut me coller contre un mur pour passer dans une étroite fente, la chaleur devient plus étouffante encore. Et mon compagnon sort de ma poche pour aller devant moi hors de la fente, mais je ne suis pas loin derrière lui. Je suis presque dehors, il me cri :
"- STOP!!"
Je m'arrête mais tros tard, je tombe. Dans un geste désespéré mais adroit, je sort mon poignard et je plante dans la falaise brulante, je me r'attrape de justesse, suspendu au manche de mon poignard. Quatre mètres, en dessus de moi, une rivière de lave s'écoule rapidement. Ebanrab est paniqué il cherche en volant dans tout les sens une solution. Moi je tremble j'arrête de chercher. Ebanrab me dit en panique:
"- Jidaru !! essaie de te remonter fais quelques chose !!!"
Je tremble, mon poignard se décroche. J'attend le cri de mon garçon fée qui se jète sur moi sans rien pouvoir faire.
Et là... BOOM!. Aïe, que ce passe t'il? Je suis en vie ? Je regarde autour de moi, je suis sur le fleuve de lave, à l'abri sur un îlot de pierre qui flotte. Ebanrab sur mon épaule cris d'une voix tremblotante:
"- JE TE DETESTE!! ESPÈCE DE CINGLÉE!!
Je suis encore sous le choc, je ne comprend rien, quand j'aperçoit une grosse larme sur le visage de mon ami. Je lui demande étonnée:
"- Tu pleure ?"
Il fait une drôle de tête, et soudain il détourne le visage et dis d'un ton grave:
"- Mais non... j'ai ... reçu une braise dans l'oeil...."
Je tremble encore et je vogue sur l'îlot de pierre. Soudain, je me rend comte que j'ai faillit mourir, et je ris. Ebanrab menace de me tué, je ris plus fort. Je sens que cet endroit sera encore plus amusant que prévu. L'îlot suit toujours le fleuve, qui semble se transformer progressivement en précipice. Je m'amuse comme jamais au paravant, mais je ne peux ignorer la chaleur plus ardente encore sur le fleuve déchainé. Mon périple continu, et découvre des lieux grandioses, mais soudent la réalité me rattrape quand j'esquive une sorte de glaire de pierre et de feu. Je me lève et saute de l'îlot pour atterrir sur une rive. Et là je vois un monstre plus que laid, qui me lance des glaires. Ebanrab intervint:
"- C'est quoi ce truc?
- Je sais pas, mais c'est moche"

Je rajoute en sortant mon arbalète, accrochée dans mon dos. Je l'arme et assise en tailleur je tire, en pleine tête mon ennemis. Bon tire !! Fière de moi je me remet en route. La chaleur commence à me monter à la tête, j'espère bientôt sortir de là. et pouvoir manger une pierre bientôt. Ebanrab lui commence à ce plaindre, une raison de plus de vite sortir. Je vois de la lumière plus haut, je me réjouie à l'avance. Mais il semble que je dois faire face à une monter de sable. Cool !! Je vais pouvoirs utiliser le conseille de Suki. Je doit courir vite dans le sable pour ne pas tomber où m'enfoncer dans le sable. Donc, je prévient Ebanrab qui se cache dans ma poche. Je cour, très vite malgré la fatigue, mais soudain après un son de flamme, quelques chose de brulant me tombe sur l'épaule. Je lance un cris de douleur, que tout en roulant en bas de la descente de sable et je pousse la chose qui me brule. Je me relève péniblement en bas, avec l'épaule rouge et partie partiellement brûlée. Enervé je sorte mon épée de son fourreau, que je plonge dans la lave avant de violemment frapper la limace géante de feu, qui m'as blessée. Ebanrab sortie après de sa cachette et vint se moquer de moi, et me rappeler quelques méchancetés aux quelles je suis habituée. Je recourt a nouveau sur la pente, et je sort enfin, de la torride forteresse de pierre. Me voilà sur un chemin de pierre coller a une petite falaise à droite, à ma gauche en revanche c'est une fosse qui débauche sur je ne sais quoi. Je m'en moque, en faite. J'avance doucement en regardant le ciel, dans lequel des grand oiseaux vole. Ils sont beau... Mais après avoir entendu un petit grondement, je suis propulsé par un jet d'eau et de fumé chaude. Finalement l'humidité était toujours là, et je tomba dans un endroit encore plus humide. Cependant quelques chose avait amortit ma chute. Où plutôt quelqu'un. J'ouvrit les yeux doucement, quand on me poussa violemment plus loin, dans une petite marre d'eau chaude. Ebanrab sortit de ma poche, et vint tourner autour de ma tête. Je regarde devant moi. Je suis dans une sorte de cuve dont la seule issus est un tunnel menant sans doute dans un autre lieux d'extérieur. Il y a des barils au fond, et sur lesquels il y a marqué " Eau Thermale". Mais devant les barils il ya trois homme, deux debout et un a terre. Un des hommes debout, aux cheveux cour et châtain, est habiller de noir et se baladé avec une hache géante sur le dos. Le deuxième a des cheveux blond et des yeux rouge, ainsi qu'une peau pâle, sur un visage stricte et ténébreux. Il est lui vêtu avec vêtements près du corp, qui ressemble à une tenue d'espions. Celui par terre, que j'ai sans doute écrasé, a des cheveux vert, une tenu plutôt classe avec un grosse écharpe de couleur rouge, magnifique. Je veux la même! il à aussi de drôle de chaussures, un panta-court noir et un gilet bizarre sans manches plus long qui laisse apparaitre son torse nus pas très musclé. Ce dernier se lève et me fusille du regard:
"- T'es qui, sale môme ?!!"
Je le regarde, je ne comprend rien de ce qu'il me raconte. Le ténébreux dis d'une voix sombre:
"- Ettoku, C'est une Kokirie.
- Elle à d'eu nous attendre, quand nous parlions de voler l'eau thermale."

Dis l'autre debout en prenant sa hache à la main. Ah je vois, celui qui m'as empêché de me faire mal s'appel Ettoku, c'est rigolo, comme nom. Je l'aime bien ce type. Tien j'ai une idée... je m'accroupit et le regarde longuement. Ettoku fait un pas en arrière et dis:
"- Qu'es qu'elle fait ? Haku tu sais ?"
Le ténébreux, donc Haku, haussa les épaules. Mon copain avec la belle écharpe se tourne vers l'autre et dis:
"- Tizako ?
- C'est sans doute une attardé."

Ebanrab ce pose sur ma tête et leurs dis:
"- Faite gaffe c'est jamais bon signe quand elle fait cette tête."
Je le regarde et soudain, Je saute sur lui et lui fais un gros câlin. Il cris d'énervement et essai de me pousser. Il me cris des chose que je ne comprend pas. Donc je lui fais un câlin encore plus fort. J'entend mon compagnon rire très fort. Quand je trouve quelques chose de rond dans sa poche je les prend et me recule pour esquiver un coup de hache. C'est une boule bleu, qui ressemble à un chou. Il ya un bout qui dépasse je commence à le tirer. Les trois recule, et Ettoku me cris:
"- Mais arrête espèce de cinglée !!!"
Je tire d'avantage et une fois enlèvement. Il en se passe rien à part un petit "Pchhh" émit pour l'espèce de boule bleu. c'est pas drôle. Je le jète à Ettoku qui se met à courir dans le fond de la cuve dans un cu de sac. Il est bizarre ce type en faite. Je pare par le tunnel et là je vois.... DES GENTS !!! Je suis arrivé jusqu'au Goron! Je regarde partout j'ai envie de me rouler partout, quand Ebanrab me demande:
"- Dis moi la boule bleu tu ne sais pas ce que c'est n'es pas ?
- Non pourquoi ? "

Il soupire. Tanpi, ça m'intéresses plus. Je cour vers les rues da village Goron, et derrière moi j'entend une explosion. Bizarre. Je cour partout il y a tellement de chose à voir. Mais, je sens que je suis fatigué, je baille, et je ralentit. Plus loin j'aperçoit un coin tranquille une sorte de petite colline encerclé par de l'eau chaude. Très jolie. je me dirige vers la colline et m'allonge à son sommet. Je m'endort. Je veux bientôt vivre de nouvel choses amusantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Goron
Messages : 15


MessageSujet: Re: La montagne Goron de mes yeux [PV Kyohei Saotome]   Lun 2 Juil - 19:50

    Le soleil vint gentiment transpercer la voute de pierre qui servait de maison à Kyohei. Allongé sur son lit, il se tourna sur le ventre, pour aller enfouir son visage dans son oreiller. Ces temps-ci le soleil lui tapé sur les nerfs, il manquait horriblement de sommeil, mais une fois "Monsieur-je-brille-toute-la-journée" réveillé, impossible pour le goron de se rendormir. Le jeune homme se leva donc à contre cœur. Il s'assit sur son lit, qui grinça à ses mouvements. Kyohei effleura alors du bout des doigts les rainure de son lit. Il était fait en bois, et déjà le jeune homme devait songer à le changer. Il se leva alors et parti vers la cuisine pour prendre son petit déjeuné. Il s'était accoutumé aux plats hyliens, bien que quelques pierres au déjeuné soit toujours un régale. Le jeune homme ne mangea que très peu et parti aussitôt de chez lui. Il parcouru les rue, zigzagant entre les maisons, faisant des arrêts devant les stand des marchands. Il n'était pas pressé et donc prenait son temps. Pour une raison quelconque ses pas le menèrent à la montagne de la mort. C'était souvent le terrain de jeux préféré des enfants avec la cavern Dodongo, c'était les endroits les plus dangereux. Kyohei venait souvent ici, et même encore aujourd'hui il y vient. C'est ici qu'il trouve souvent de l'inspiration pour ses dessins. Attirant souvent les gens les plus atypique de la terre, il y a souvent des choses à dessiner.
    Le goron se dirigea alors vers son poste, une colline verdoyante. Il s'installait toujours ici pour dessiner, ont y voit toute la montagne, enfin plutôt les endroits peuplés de la montagne. C'était paisible et personne ne venait embêter le jeune homme. Mais une fois arrivé à son poste de garde, il y trouva là une surprise. Une jeune fille, visiblement endormit, et très jeune se trouvait là. Son visage était paisible, Kyohei crut même un instant que la petite fille souriait. Ses cheveux écarlates, surmonté de deux barrette dorée, tombait sur son visage endormit. Le jeune homme ne put alors résister et s'assit près de l'enfant. Il sortit ses crayon et commença à dessiner cette enfant, elle aussi bien atypique. Du moins il la dessina le temps qu'elle dorme encore. Il leva alors vivement la tête espérant ne pas avoir déjà réveillé la jeune enfant car ses coups de crayons se remarquaient. Elle dormait encore à point fermé. Il sourit alors, lui qui avait tant de problème avec sa famille. Voir une personne aussi paisible, qui semble se souciait peu de la tristesse et qui semble ne pas en avoir lui remontait un peu le morale. Car peut-être qu'un jour lui aussi arriverait à être comme ça.
    Le goron se remit alors à son œuvre, laissant sa main tracer les courbe de la fillette. Scrutant alors les moindre détails du corps de son modèle, une petite boule rouge remua pour interrompre la course du regard de Kyohei. Il plissa alors les yeux pour mieux distinguer cette forme flottante. Il crut alors distinguer une silhouette, comme une fée. Si une fée était là, cela voulait sans doute dire qu'elle appartenait à la jeune endormie, ce qui voulait dire que c'était une kokiri. Il était rare d'en voir par ici. Le goron resta quelque seconde scotché sur la boule luminescente puis s'en décrocha sans un mot pour replonger son nez sur sa feuille.
    Quelques minutes passèrent encore, sans un bruit, laissant le silence pour seul maître. Le jeune homme faisait les finissions de son dessin, juste une petite ombre quand sa mine se craqua faisant un petit bruit et une tache sur sa feuille.

___________________________________

Encore une fois merci, j'adore trop *w* ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kokiri
Messages : 57

Feuille de personnage
Rubis:
149/4000  (149/4000)


MessageSujet: Coup de crayon...    Mar 3 Juil - 9:42

Crack!!.... Je me suis assoupis... L'herbe de la colline est douce, dormir plus longtemps m'aurais fait plaisir... Mais Ebanrab posé près de moi, me donne des coups pour me réveiller... Pff... Nul, j'ai encore sommeil... J'ouvre doucement les yeux... Le soleil semble si fort, Je referme un peu les yeux, J'éternue à cause une herbe. Cela suffis à me faire me relever... Je secoue la tête de droite à gauche, pour enlever les brins d'herbe de mes cheveux que j'estime nombreux. Je veux encore dormir, mais Ebanrab se met sur mon épaule et me dis à voix basse:

"- T'es observée..."

Je ne réagit pas pour autan... Pas grave... Si je suis vivante c'est qu'on me veux pas de mal... Mes yeux papillonnent doucement, et je les frottent avec le dos de main par reflex. Quand enfin j’ouvre les yeux péniblement. Le soleil trouble ma vision et m’empêche de distingué l’horizon.... Petit à petit... Je voyais beaucoup mieux. A coté J’entend un souffle, Je tourne la tête doucement... Et j’aperçois, un homme à l’air calme et délicat. Il a les cheveux bleu tout comme ses yeux...Il est très grand, enfin par rapport à moi. Assis à coté de moi, il me regarde, il à un crayon dans la main et une feuille sur ses genoux. Je le regarde avec de grand yeux... Il a l’aire gentil, Ebanrab se met face à lui et lui dit:

“- Qu’es que t’as à la regarder comme ça toi ?!!”

Mais qu’il est bête celui là! J’attrape mon garçons Fée, et le tient entres mes mains, je sourit à cet inconnu avant de lui dire:

“- Faut pas écouter Ebanrab, il est aussi méchant qu’il est petit. Moi c’est Jiidaru, et toi qui es tu ?”

Il sourit, je me penche et regarde sa feuille qui semble entamé... Mais c’est moi!! Tros cool!! Je sourie tout en regardant le dessin me ressemblant à la perfection... Je me penche d’avantage et glisse sur l’herbe... Comment ? J’en sais rien. Je tombe sur mon épaule à demi brulé par la limace enflammé, je me relève brusquement et sort un petit grognement aiguë de douleur. Je frotte mon épaule avec ma main pour faire passer mon mal... Même si ça ne sert à rien et que je le sais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Goron
Messages : 15


MessageSujet: Re: La montagne Goron de mes yeux [PV Kyohei Saotome]   Mer 4 Juil - 20:03

    A peine Kyohei eu-t-il le temps de retailler la mine de son crayon que la jeune endormie se réveilla. Elle se relève doucement, secouant la tête, faisant tomber quelques brins d'herbe au sol. C'est alors que la petite fée vient se positionner sur l'épaule de la jeune fille. C'est bien ce qu'il pensait, c'était bien sa fée. Aucun doute possible, c'était bien une kokiri. Le jeune homme ne put alors réprimer un léger sourire. Cette petite était bien téméraire de vouloir s'aventurer dans ce territoire hostile. Très rare sont ceux de son peuple qui sont venu ici, même les plus âgés ont peur de venir ici. La chaleur y est constante et le feu règne en maitre. Alors eux qui vienne de la forêt, ces deux éléments ne font pas bon ménage ensemble.
    Le goron plissa alors les yeux, essayant de déchiffrer les paroles de cette fée, qui plus ai, de ce garçon fée. Mais ces paroles n'étaient destinée qu'à cette kokiri et il ne parlait pas assez fort pour que Kyohei puisse distinguer quelque mot que se soit. Quand ses lèvres cessèrent de bouger le jeune homme tourna son regard vers la petite fille, guettant sa réaction. Mais rien ne vint. Comme si elle non plus n'avait pas entendu les paroles de son ami. Pourtant c'était bien à elle qu'il s'adressait, enfin du moins c'est qui lui semblait. Et enfin la kokiri réagit enfin, elle cilla des yeux plusieurs fois, puis les frotta du revers de ses mains, comme toute personne venant de se réveiller d'un long sommeil. Puis enfin elle ouvre de grand yeux bleu. Aussi bleu de ceux de Kyohei. La petite fille tourne le regard vers le goron. Leur yeux bleu se rencontrèrent alors. Quand soudain la vue du jeune homme fut interpelé par la fée qui se positionna juste devant lui. Il le regarda avec insistance, commençant à faire se sentir mal le goron. Il n'aimait pas être regardé ainsi, d'ailleurs il n'aimait qu'on le regard tout cours. Même si le regard de cette fille ne lui faisait rien pour il ne savait quelle raison. Sans doute qu'elle lui inspirait confiance, peu être que le fait de l'avoir dessiné lui a laissé le temps de s'habituer au visage de cette enfant.
    Toujours est-il que cette fée était toujours là, le fixant d'un air oppressant. Puis il lâcha enfin :

    « Qu’es que t’as à la regarder comme ça toi ?!! »

    Kyohei se sentit alors encore plus mal. Il ne leur voulait rien de méchant. Dessiner un kokiri était-il une offense à ce peuple ? Non, sans doute pas. Cette fée voulait sans doute juste protéger sa maitresse si on pouvait dire. Soudain de petites mains vinrent se refermer sur le petit corps frêle de la fée. Bloquant le moindre de ses mouvements. Le goron leva alors le regard sur la jeune kokiri. Celle-ci lui adressa un large sourire, adoussisant un peu l’atmosphère tendu qu'avait installé ce garçon fée.

    « Faut pas écouter Ebanrab, il est aussi méchant qu’il est petit. Moi c’est Jiidaru, et toi qui es tu ? »

    Alors cette fée ce nommait Ebanrab. C'était un nom original, mais Kyohei trouva qu'il allait bien avec ce personnage. Tout comme Jiidaru d'ailleurs. Ce prénom aussi collait bien à l'enfant. Un prénom que l'on ne pouvait prononcer sans sourire tout comme la personnalité de l'enfant. Enfin pour le peu qu'il avait vu.
    Le jeune homme ouvrit la bouche pour répondre à la question de la jeune kokiri lorsque celle-ci s'approche de lui, comme si elle l'avais déjà complétement oublié. Le goron remarqua alors que c'était le dessin qui l'intéressait. Elle s'approcha alors un peu plus lorsqu'elle glissa dans l'herbe pour une raison inconnue. Elle se relève alors vivement, laissant échapper un grognement de douleur. Elle se frotte alors l'épaule sur laquelle elle venait de tomber. Et Kyohei remarqua alors une brûlure sur celle-ci. Cette brûlure lui était bien familière, combien de fois l'avait-il eu ? Oh, il ne serait les compter. Tout les enfant ici l'avait au moins une fois. Une brûlure d'une limace enflammé. Heureusement depuis le temps qu'elles existent, les gorons ont mis en place une pommade pour éviter que les brûlures ne s'infectent qu'elles cicatrices plus vite. Le jeune homme fouilla alors dans une de ses pochettes attaché à sa ceinture, puis en sortit une petit pot. Il devisa le bouchon laissant apparaître une mixture rougeâtre. Il tendit le pot à Jiidaru n'osant pas appliquer la pommade lui même sur l'épaule de la demoiselle, aillant peur que cela l'offense.

    « Tiens, mets ça sur ta brûlure, elle se cicatrisera plus vite, il marqua alors un temps de pose puis repris avec un petit sourire, moi c'est Kyohei. »

___________________________________

Encore une fois merci, j'adore trop *w* ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kokiri
Messages : 57

Feuille de personnage
Rubis:
149/4000  (149/4000)


MessageSujet: Une bombe ?!..   Jeu 5 Juil - 8:21

Il me tend un truc bizarre dans un bocal, un truc rouge et apparemment gluant. IL me dis:

"-Tiens, mets ça sur ta brûlure, elle se cicatrisera plus vite."

Une pommade chouette!! Je prend l'étrange mixture dans mes mains avant de commencer en m'en mettre sur l'épaule... J'ai tout de suite moins mal. J'apprend qu'il s'appel Kyohei, c'est sympa comme nom!! La pommade semble sécher sur ma brûlure et atténué nettement douleur. Je regarde Kyohei et je lui fais un grand sourire. Ebanrab semble méfiant sur mon épaule, il joue les asociale et regarde kyohei avec insistance... Mais qu'il est chiant aujourd'hui, c'est la chaleur du volcan qu'il lui à cramé le cerveau ?! Là je réalise un truc, es que Kyohei ne serait pas un Goron? Mais oui c'est logique !! Je le regarde gentillement pour lui demander:

"- Tu aurais une pierre sur toi ?"

Il semble vouloir me répondre mais soudain j'entend des bruits de pas hâtif qui attire mon attention vers eux.. C'est les trois rigolo de tout à l'heur!! Il y a Ettoku qui semble très contrarié, Haku et Tizako eux sont en alerte à la recherche de quelques chose. Quoi ? J'en sais rien.. Je m'apprête à leur faire un signe, quand en marchant en dessus de nous, Tizako dit d'un ton colérique:

"- La prochaine fois que je vois cette gamine je la tue!! Se moquer de nous comme ça!!

- On l'a sous-estimé..."


Rajoute Haku en réajustant ses mèches. Ettoku à ramassé une pierre sur le sol.. Il va la manger ? Ah non, il l'écrase dans sa main et la jette contre mur qui se fissures au lieux de l'impact. Impressionnant !! Il est fort en faite ? Moi qui le prenait pour une crevette squelettique et privé d'humour. Ce dernier fixe l'horizon comme un Gobelin avant un combat... Si il le font, j'en sais rien en faite. Et il dit avec nervosité:

"- Cette enfant est sans doute encore là..Cherchons la et massacrons la !"

Oulala, ils veulent me tuer ?! Mais pourquoi ? Je me glisse dans le dos de Kyohei juste à temps avant que Tizako se ramène et demande à Kyohei:

"-Dit toi, tu n'aurais pas vu une gamine aux cheveux rouge, assez petite qui se trimballe avec une arbalète et une épée?"

Je m'agrippe à son dos comme pour le supplier de ne rien dire... mon épée et mon arbalète?!! Où sont elles ?! Je regarde paniqué autour de moi... Avant elles était à coté de moi ! Ouf.... Ebanrab me dis qu'il est à mit derrière le grand rocher en haut de la colline.. Sauvé!! Je n'entend pas se qu'ils disent mais je vois que Tizako ne bouge pas et continue de parler. Mince! Désolé Kyohei, je t'es mit dans de beau draps !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Goron
Messages : 15


MessageSujet: Re: La montagne Goron de mes yeux [PV Kyohei Saotome]   Jeu 5 Juil - 17:13

    De ces petites doigts frêle Jiidaru étale alors la pommade sur son épaule. Kyohei la regarde alors faire puis revisse le bouchon sur le pot et le range dans sa pochette. Cette jeune kokiri semblait si inconsciente que le goron l'enviait à moitié. Être libre de faire ce que l'on veut et penser ce qu'on souhaite sans être rejeté par ceux qu'on aime. C'est alors que la jeune fille lève pas tête pour de nouveau croiser le regard du jeune homme, un large sourire sur son visage, puis lui demande d'une petite vois fluette :

    « Tu aurais une pierre sur toi ? »

    Une pierre ? Pour quoi faire ? A quoi cela pourrait-il bien lui servir dans son état actuel ? De plus pourquoi en aurait-il sur lui ? C'était complétement stupide de se trimballer avec des pierres sur soi. Mais cette question avait piqué la curiosité du jeune homme. Il ouvrit alors la bouge, mais aucun son ne sortit d'entre ses lèvres. Un bruit sourd vint interpeller les deux jeunes gens. Jiidaru tourna aussitôt la tête vers ce bruit et Kyohei n'eut d'autre choix que de faire de même, voulant savoir la provenance de tout se tapage matinale.
    Le goron aperçut alors trois homme. Discutant plutôt fort, leur voix était empreint de colère, mais ils parlaient dans leur barbe si bien de le jeune homme ne put entendre ce qu'ils disaient, juste des sons. Ils marchaient vite, et étaient tendus, comme si quelque chose d'imprévisible était arrivé. Quelque chose qui leur avait faire tomber à l'eau se qu'ils avaient préparé. Ils tournent alors les talons, marchant alors en direction de Kyohei. Il sentit alors doucement la jeune kokiri se glisser dans son dos, comme si elle avait peur de ses hommes. L'un deux s'approcha alors du jeune homme, puis demanda d'un ton offensif :

    « Dis toi, tu n'aurais pas vu une gamine aux cheveux rouge, assez petite qui se trimballe avec une arbalète et une épée ? »

    Alors c'était pour ça qu'elle s'était cachée, ils la recherchaient. Mais qu'avait-elle bien pu faire pour les mettre aussi en rogne contre elle ? Kyohie sentit alors que Jiidaru s'était agrippée à son dos, avait-elle aussi peur que ça d'eux ? Le goron décida de l'aider tout de même, après tout elle ne lui avait pas fait de mal. Il pris alors un dessin dans sa pochette échangeant discrètement avec celui fait de la kokiri. Il leva alors le dessin vers son opposant, lui montrant ce qu'il avait dessiné. Cela représentaient les maisons qu'on pouvait apercevoir à l'ouest. D'un ton le plus calme possible Kyohei lui répondit alors :

    « Je ne suis qu'un simple dessinateur. »

    Le jeune homme en face lui arracha le dessin des mains, et l'examina avec attention, comme si cette feuille était la clef d'un mystère vieux de cent ans. Il passa son regard sur Kyohei puis sur le dessin plusieurs fois puis il se tourna vers ses camarades qui hochèrent la tête. Le jeune homme empoigna alors Kyohei pas le col, le soulevant légèrement. Celui-ci ne pu alors s'empêcher de glisser un regard derrière lui, pour voir si Jiidaru allait bien. Le goron replongea alors son regard dans celui de son adversaire et fronça les sourcils. Celui-ci rapprocha son visage de celui de Kyohei, leur nez à quelques millimètres l'un de l'autre.

    « Et bien monsieur le dessinateur ! Tu vois bien pour pouvoir dessiner le village d'ici. Tu dois donc bien avoir vu cette gamine ? »

    Kyohei ne réfléchit alors pas et laissa doucement le feu envahir sa main posé au sol. Le feu grandissait à vu de nez pour englober littéralement la main du jeune homme. Puis vivement il vint écraser sa main sur le visage de son agresseur qui le lâcha d'un coup et recula, mettant ses mains sur son visage brulant. Kyohei ne répondit toujours pas à la question de départ savant pertinemment que son geste avait parlé à sa place. Mais avec ces brutes, mieux valait leur clouer le bec le plus tôt possible.

___________________________________

Encore une fois merci, j'adore trop *w* ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kokiri
Messages : 57

Feuille de personnage
Rubis:
149/4000  (149/4000)


MessageSujet: Vilain !!   Sam 7 Juil - 17:08

Tizako à attrapé Kyohei par le col et le soulège légerement du sol. Heureusement je reste caché derrière lui et on ne semble pas pouvoir me voir... Mais ça devint dangeureux. D'un simple clin d'oeil, je fais comprendre à Ebanrab de partir déplaçer mes armes. Il cesécute sans broncher de la discretion la plus complète, encore heureux!! Je dois tout de même avoir un plan sans mes armes car à cause de sa taille il m'ettrait sans doute du temps à bouger une arbalète que j'ai moi même du mal à supporter. Je me concentre à mon maximum, n'ayant aucune envie, de laisser ces méchants faire ce qu'ils leurs plaient. Kyohei n'as pas peur, et semble parfaitement calme... Quand soudain, il fit quelques chose d'épattant! Tell un bout de charbon, la main de Kyo' s'enflamme, sans douleur et sans plaie. Mon ami colla sa main enflammé contre le visage de Tizako qui se recule et lâche Kyohei. Ce dernier retomba assi et se redresse et s'implifi de manière à qu'on ne puisse me voir. OUAIS KYOHEI VAS Y !!! Il est tros génial son pouvoir !! Ca ressemble à mon cri de feu, en plus contrôlable... Hey !! Mais c'est sans doute parce que c'est un goron. Je souri pour une raison inconu je me sens en securitée en roulle derrière son dos. Soudain j'entend le voix enragé de Ettoku:

"- Alors comme ça tu veux te battre?! Dessinateur Miteux !!"

Miteux ?!! Mais il dessine tros bien abruti !! Je me sens encolère et mon esprit combattif se réveil et grogne en moi. Je vais agir... Mais me battre ici signifie déttruire cet endroit que Kyohei semble aimer... Je sais quoi fair! Je me lève à toute vitesse et après avoir contourné Kyo', je tape grâce à ma jambes de fer, avec mon genoux, dans l'abdomen de Ettoku. Ce dernier crache du sang et s'éffondre de douleur. Il porte dans ses yeux un mélange de Rage destructice et de douleur. Moi je tombe et d'éffale la colline en roullade. Je suis poursuivi par Tizako et Haku qui eux galère quelques peu à descendre la pente d'herbe. Les genoux égrattinié je fuis qur un chemin de terre. Au passage je souri à Kyohei, comme pour dire "Au revoir". Je cour poursuivi par trois fou furieux. Je fuis quand j'arrive enfin dans un cratère désertique parfait pour notre combat... Je suis face à mes ennemis... sans armes?!! Mince j'ai oublié!.. Tampis.. Je vais fair sans. Je lève les yeux vers mes adversaires... Leurs yeux, me rapellent un souvenir oublie. De mon passé que j'oublie si vite. Ils me rapellent aussi une marre de sang... Non non, je seccoue la tête pour oublier. Tizako m'attaque, il est lent et ses coup sont prévisible, d'habitude je n'aurais eu aucun mal à battre un adversaire comme ça mais là c'est diffèrent... Le souvenir rejaillit. Dans un faux mouvement je tombe par terre et je césse de me soucier de mon ennemi. Mon souvenir, pourquoi ai-je si peur ?! J'ai peur... Les bruits, et les regard... Jai peur, la cendre et le sang.. Laissait moi!! J'hurle:

"- ARRÊTEZ !!"

...Hein? Quoi ? Que c'est il passé ? Devant moi Ettoku et Haku choqué, regarde quelques chose près de moi. Pourquoi suis-je couverte de sang? Autour de moi il y a de la chaire, des os et des boyaux, sanginolant et épartillé... Oh une tête sans corp. C'est la tête de Tizako bloqué dans une attroce expression. Hahaha, il fait une drôle de tête !! Oulala, je ne peux plus bouger. Mes bras et mes jambes sont totalement imobilise. J'essaie de me relever mais rien n'y fais.Ettoku et Haku se jettent sur moi avec dexterritée en criant comme des barbares.Lame en avant. Je ne peux toujours pas bouger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Goron
Messages : 15


MessageSujet: Re: La montagne Goron de mes yeux [PV Kyohei Saotome]   Mar 31 Juil - 17:11

    Kyohei se mordit alors la lèvres inférieur. Il avait dévoilé son pouvoir sans penser au conséquence. Cette enfant était là et l'avait sans doute vu. Ce pouvoir qu'il n'aimait guère, mais dont il avait hérité. Lorsqu’il avait vu Jiidaru, cette kokiri avait immédiatement attiré son attention et sa sympathie. Elle avait un caractère peu commun, un caractère atypique, les gens doivent vite s'attacher à elle supposa-t-il. Mais cet attachement lui avait valu une erreur qu'il n'aurait jamais commis auparavant. Déclencher ce feu si dévastateur. Non Kyohei était un être pacifiste il n'avait pas besoin de ça pour résonner ces hommes dépourvu d'un intelligence assez élevé pour décelé un potentiel pouvoir enfoui dans l'être même de cette enfant. Oui c'était peut être aussi ça qui l'avait laissé s'emporter. Un pouvoir plus terrifiant encore en sommeille au fond de cette Jiidaru. Mais elle ne semblait pas en avoir conscience. A moins qu'elle ne fasse tout pour essayer de s'en accommoder et de l'oublier. Le goron n'aurait su choisir entre ces deux hypothèse. Mais qu'importe à ce moment même les paroles n'avaient pas leurs places.
    L'un des hommes plus en retrait derrière celui que Kyohei venait de bruler se rapprocha à son tour. Proférant des menaces contre le jeune homme. Mais il n'en pas compte. Ce n'était là que de belles paroles. De plus le goron ne voulait pas ce battre, bien que vu la tournure des choses il en serait peut être obligé. Et cela ne le réjouissait guère, tout au contraire. Soudain le poids dans le dos de Kyohei diminue jusqu'à disparaitre et le jeune enfant caché là sort de sa cachette pour se mettre à courir vers l'homme qui s'était avancé quelques secondes auparavant. Avec une force qui égalé presque celle des gorons elle frappa celui-ci à son abdomen. Son genoux lui rentrant dans l'estomac. Comme par réflexe Kyohei détourna les yeux. Voilà une raison pour laquelle il n'aimait pas ce battre. La vue de tout ces organes, os brisé, déformé lui faisait des haut le cœur, et même se l'imaginer n'était guère mieux. Tournant la tête face aux bandits devant lui, le regard du goron croisa alors celui de Jiidaru dévalant colline à toute vitesse sans pouvoir s'arrêter. Arrivé sur un chemin de terre elle se relève alors pour prendre ses jambes à son cou. Le jeune homme n'aillant pas réagit, n'aillant même pas levé le petit doigts laissa alors passer ces maudits homme. Pourquoi ne bougeait-il donc pas ? Des souvenirs de son enfance resurgir. S'étant toujours opposé à sa famille Kyohei avait par plusieurs fois fuis lui aussi. Mais cette enfant. Elle n'avait pas peur ou n'était pas furieuse. Non, elle souriait. Comme si pour elle combattre était ce qui la rendait la plus heureuse. Le jeune homme laissa alors sa tête tomber vers l'avant et ferma les yeux. Un léger sourire étiré ses lèvres rosées. Pourquoi souriait-il ? Il n'en savait rien. Le goron se releva alors doucement, épousa son pantalon puis se mis à marcher doucement vers la kokiri qui c'est arrêté sur un cratère pour faire face à ses ennemis. Mais soudain Kyohei fronce alors les sourcils et accélère le pas jusqu'à courir. La joie qui figurait sur le visage de l'enfant c'était mué en une peur indescriptible. De quoi avait-elle si peur ? C'est alors que le vent se fit plus violent. Les arbres se pliait alors devant leur maître. Ne pouvant faire face à la nature, Kyohei dû s'arrêter, le vent l'empêchant de continuer sa route. Le jeune homme mit alors ses bras devant lui, empêchant ne serait qu'un tout petit peu, le vent venir lui fouetter le visage. Il étrécit les yeux pour distinguer Jiidaru. Il écarquilla alors les yeux, malgré ce vent fou, le kokiri ne semblait pas atteinte par celui-ci. Comme si il la contourné, la protégeait. Puisant dans ses forces le goron avança lentement et d'un pas lourd. Il devait aller jusqu'à elle. Ce vent ne présageait rien de bon, elle était en danger, il devait l'aider. Il avança un pas après l'autre. Il ne put alors plus avancer, le vent lui posant trop de résistance. Le jeune homme eu alors une idée, le feu devient plus grand lorsque le vent vient s'y frotter. Ses flammes n'étaient pas assez grandes pour pouvoir le protéger, mais avec le vent, peut être pourrait-elle grandir. Bien que cela soit risqué, il fallait tenter le tout pour le tout. Kyohei tendit alors vivement un bras devant lui. Inspira profondément puis fronçant les sourcils il fit apparaitre les flammes jaillissant de sa paume. C'est alors que celui-ci s'embrasa en un éclair, faisant quelque peu reculer le jeune homme. Le vent était tellement puissant qu'il fit grandir les flammes à vu d’œil, celles-ci englobant littéralement le corps du goron. Son idée avait marchait. De plus le vent ne s’engouffrant pas à l'intérieur de cette carapace de feu Kyohei pouvait se mouvoir de nouveau sans mal. Bien que la pression était forte contre sa paume, cela ne l'empêchait pas d'avancer pour autant. Le jeune homme tendit alors son deuxième bras pour s'aidait puis il commença à avancer. Il ne voyait en revanche presque rien, mais il savait toutefois où il devait aller. Se remettant à courir, il sentit le sol s'incliner, mais il connaissait si bien cette colline qu'il avait appris comment si prendre pour ne pas perdre de temps. Soudain son feu se tue. Sa vision revint et le vent qui sifflait dans ses oreilles se mua en un silence de mort. Devant lui se trouvait deux des hommes qui avait poursuivit la jeune kokiri. Celle-ci était à genoux quelques mètres plus loin. Le sang tachant son visage de porcelaine, pourrissant ses vêtements. Du sang ? Pour en avait elle sur elle ? Suivant alors le regard des deux autres hommes il découvrit le troisième ou plutôt ce qu'il en restait. Sa tête. Affichant une expression de peur indéchiffrable, comme s'il avait vu le diable en personne, les yeux écarquillé, la bouche grande ouverte à s'en décrocher la mâchoire, il semblait être pétrifié. Son corps était quand à lui éparpillé un peu partout. Kyohei faillit alors tourner de l’œil, mais par pur fierté il ne montra rien de son malaise face à un telle spectacle. Et malgré ça, le jeune fille semblait s'amuser. En quoi cela était-il amusant ? Ne comprenait-elle donc pas la gravité de ce qui se passait ? La gravité de ses actes ? Elle en était la responsable et pourtant son petit monde semblait toujours aussi bleu.
    Les deux hommes eux aussi horrifié de voir leur ami ainsi se jetèrent sur Jiidaru qui ne semblait plus pouvoir bouger. Kyohei ne bougea alors pas, son visage vide de toute expressions, de toutes émotions. Tout cela n'avait de sens. Son cerveau était en ébullition, il réfléchissait trop au pourquoi du comment. Il se ressaisit alors et joignît vivement ses mains devant lui. Lui ne pourrait rien contre eux, mais les déesses pourrait-elle daigner l'aider. Il agita alors ses lèvres à une vitesse folle qui produisirent un son à peine audible et pria les déesses :

    « Ma Mère la Terre, dont le cœur rayonne, apprend-moi la sagesse, la tolérance et l’amour, envoie-moi ta lumière qui apporte le bonheur, donne-moi le sens de la justice et de la Vérité, montre-moi le monde au-delà du quotidien, Grande Déesse de l’amour éternel, puisse tout ce que je pense, tout ce que je dis, et tout ce que je fais être en harmonie avec toi. »

    Rien ne se passa. Le silence régna en maître pendant que la kokiri se faisait ruer de coups. Alors c'était vrai, les déesses les avaient abandonnés, elle ne leur faisait donc plus confiance à se point. Kyohei se donna alors une claque. Cette pauvre enfant souffrait alors que lui ne faisait rien. Il courut alors en direction des deux hommes, déterminé à sauver Jiidaru. Lorsque que leurs corps furent transpercés d'une lumière aveuglante. Ils s'immobilisèrent alors puis tombèrent à la renverse de part et d'autres du corps frêle de l'enfant. Le jeune homme soupira alors, il restait tout de même un tant soit peu de bonté dans le corps des déesses pour l'aider.
    Sans prêter garde à son apparence, Kyohei accourut vers la kokiri et la pris dans ses bras. Pour lui elle ne fut pas très lourde, c'était à peine si elle pesait plus lourd qu'un oreiller. Il chercha quelques secondes la fée de Jiidaru mais ne la trouva pas et décida de partir tout de même. Les deux hommes n'étaient que paralysés, le jeune homme ne pouvait se résoudre à les tuer, et les paralyser était la seule chose qu'il pouvait faire. Ils remontèrent alors la colline et passant non loin des affaires de l'enfant qui avait était sans doute caché, Kyohei les repris au passage, les posant délicatement sur Jiidaru, ne sachant si elle était toujours consciente ou si les coups qu'elle avait reçu ne lui avait pas fait perdre connaissance. Accélérant le pas, le goron se dirigea vers une grotte où il se cachait lorsqu'il était enfant. Ici personnes ne les trouveraient, il en était certains. Le goron déposa alors délicatement la kokiri contre la parois rocheuse. La débarrassant de ses armes pour les disposer un peu plus loin pour ne pas que celles-ci l'encombre. Puis il s'assit alors face à la jeune enfant, se laissant lui aussi glisser contre la parois rocheuse lui labourant le dos, mais il ne sentait rien, la roche n'était pas acéré et ne lui faisait donc pas mal.

___________________________________

Encore une fois merci, j'adore trop *w* ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kokiri
Messages : 57

Feuille de personnage
Rubis:
149/4000  (149/4000)


MessageSujet: 3+1 = 4 !!!   Dim 5 Aoû - 12:59


J'ai mal, les coups des deux vilains me font mal. Mais je m'efforce de ne pas crier, de ne pas pleuré. Acharnés à me faire payer la mort du défunt Tizako. Mais c'est vraiment de ma faute ? Je ne me souvient de rien... juste de qu'elle sons d'os se brisant tell des brindilles, et de la chaires se déchirant avec cris et sanglots... Ça ressemble à cette fois quand j'avais 8 ans a la forêt Kokiri Bref, je suis assaillit de coups violant, et la douleur bien que faible commence à augmenter dans des proportion aux allures macabre... La fatigue me gagne.. et mes paupières se ferme et se r'ouvre à la même cadence que les coups que je reçoit. Aïe... Je sens mon souffle diminuer et mes forces me quitter d'avantage. Encore ? J'ai sommeil ou es autre chose de plus profond ? Je m'endort doucement.... doucement... doucement.. Mes sens se ferme au monde extérieure, seule survivante mon ouïe. J'entend et seulement ça. J'entend... Des bruits de pas lointain derrière une nuée de coups.... le vent qui se déchaîne en bourrasque dans les branches des arbres... Une prière imperceptible que seul mon coeur semble pouvoir écouter.... Trois voix qui résonnent dans ma tête d'une seconde avant que les coups ne me laisse enfin du répits. Je peux enfin dormir ? Je commence à sombrer... à non. Quelqu'un vint après quelques minute me soulever. Désormais aux creux de grands bras protecteurs, je ne ressent plus la fatigue, et malgrès que mes yeux refusent s'ouvrir et que mon corp ne veuille plus bouger, je me sens bien. En sécurité. Un peu après un poids qui m'es familier, mes armes sont posé de tout leur poids sur moi, et j'en suis ravie. C'est peu être Ebanrab ?.. Non ça vient de la personne qui me porte en se moment... Qui es au faite ? Je récupère mon odorat doucement.. et je commence à discerné une odeur familière... Ah !! J'entend les bruit de pas de mon porteur résonner, on est sans doute entré quelques parts, une maison ou plus grand, vu le bruit.je quitte alors les bras confortable pour me retrouver assise contre quelques chose. Cette fois je sais à qui appartient l'odeur... Kyohei!! C'est lui qui ma sauvé et j'en suis heureuse. Je commence à ouvrir les yeux gentillement et j'aperçois mon sauveur face à moi assit. Je m'apprête à dire quelques chose quand je réalise un truc extraordinaire:

"- Ça fait QUATRE !!!!"

Devant mon cris, Kyo' semble d’abord étonné puis très vite une fatigue sembla remonter en lui. Oulala soit polie Jiidaru, soit poli !! Je me met sur les genoux devant lui et m'incline jusqu’as toucher mon front par terre, avant de dire d'une petite voix:

"- Merci de m'avoir sauvé et désolé du dérangement.."



Dernière édition par Jiidaru Kona le Dim 5 Aoû - 13:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Goron
Messages : 15


MessageSujet: Re: La montagne Goron de mes yeux [PV Kyohei Saotome]   Ven 31 Aoû - 19:35

    Assis en face de la kokiri, Kyohei la regardait sans un bruit. Visiblement endormie, sa poitrine se soulevait doucement au rythme régulier de sa respiration rauque. Son visage de porcelaine était couvert de bleues en tout genre, de bosse, et un filet de sang émergeait d'entre ses lèvres rosées, tâchant son visage, souillant son innocence. Tout cela était arrivé si vite. Ce n'était là que de simples voleurs amateurs, ils étaient sans importance. Et pourtant tout cela avait tourné au drame. Tout ça à cause de lui. S'il ne s'était pas servit de se pouvoir - que le jeune homme trouvait Ô combien infâme dans ses mains - rien ne se serai passé. Elle était si jeune et pourtant elle endurait déjà beaucoup trop de souffrance par sa simple faute. Kyohei s'en voulut alors énormément. Il était un fardeau pour sa famille - du fait de ses idées contraire à celle-ci - et maintenant il devenait un fardeau même pour ceux qu'il ne connaissait pas. Lui qui ne se servait jamais de ce pouvoir. Lui ne pouvant supporter la violence, ne l'utilisant qu'en cas d'extrême urgence, et encore, il ferait tout pour retarder l'échéance. Pour les déesses lui avaient-elles confié un tel pouvoir. Mais pourquoi avait-il ressentit le besoin de l'utiliser pour elle ? Cette enfant ... il avait tout de suite décelé un immense pouvoir en elle, mais ce qu'il avait vu aujourd'hui dépassait ses pensées. Ce pouvoir semblait dangereux, non il était dangereux. Aussi dangereux pour les autres que pour la kokiri. Trop dévastateur pour tenir dans les paumes d’un si jeune enfant.
    Kyohei pencha alors la tête en arrière, laissant alors celle-ci s’entrechoquer avec la roche dur, heureusement en tout bon goron qui se respecte cela ne lui faisait aucunement mal. La roche était sèche, ce qui voulait dire qu’une éruption s’apprêtait à arriver. Les gardes devaient sans doute être en train d’envoyer les visiteurs dans des endroits sûrs. Mais heureusement dans cette grotte ils ne risquaient rien, la lave ne pouvait les atteindre. Oui même si cette caverne était située dans les entrailles de la montagne de la mort, le goron y était venu tant de fois qu’il la connaissait comme ça poche, il en connaissait chaque recoin. Le jeune homme trouvait même que c’était le meilleur endroit pour se réfugier lorsque la montagne se réveillait. La lave ne pouvait les atteindre, cette grotte était certes un cul-de-sac, mais il n’y avait aucunes fissures et la lave ne pouvait donc s’y infiltrer. De plus le terrain était légèrement en pente à l’entrer de la grotte, la lave coulerait donc et ne rentrerait pas dans la caverne. Kyohei soupçonnait les anciens d’avoir édifié cette grotte justement pour ces périodes d’éveil.
    Assis confortablement contre la roche Kyohei ne pensa plus. C’est paupières si lourde commencèrent à se fermer, doucement mais surement. Le coupant alors de la réalité, de cette réalité que le jeune homme n’aurait jamais voulu voir. Le laissant partir là où il se sentait la mieux, rêvant d’un monde de paix où Ils pourraient enfin l’accepter comme il est, avec ses propres idées. Mais c’est alors qu’un bruit sourd vint perturber le dormeur, un bruit de frottement contre la roche. Ces yeux à peine fermés se rouvrirent alors pour se poser sur la source de son réveil. Kyohei fut alors un peu déçu de ne pas avoir pu succomber aux bras de Morphée, mais ce qu’il vit là lui fit vite oublier ses idées négatives. Face à lui Jiidaru se réveillait peu à peu, doucement, ses petites paupières papillonnantes. Le jeune homme la regarda sans un bruit et trouva même qu’elle revêtait un certain charme avec son petit air innocent de la vie et ne put alors s’empêcher de sourire à cette pensée. A ce qu’il pouvait voir elle avait l’air d’aller bien, elle ne semblait pas souffrir de séquelles trop graves, du moins aux premiers abords. C’est alors que la kokiri ouvrit violemment les yeux pour se mettre à crier dans toute la grotte :

    « Ça fait QUATRE »

    Kyohei haussa alors les sourcils. Que voulait-elle dire par là ? Ses mots semblaient pourtant bien destinés au jeune homme, après tout à qui d’autre pouvait-elle bien parler ? Il n’y avait personne d’autre ici. Comment devait-il interpréter cela ? Cette enfant était décidemment bien atypique. Le goron aurait bien voulut en apprendre un peu plus sur elle, enfin tout du moins sans pour autant risquer sa vie. C’est alors que Jiidaru se mit sur les genoux, pesant ses mains à plat sur le sol, puis s’inclina, posant presque son front à terre, comme si elle venait de faire quelque chose de grave, or il n’en était rien. Tout du moins aux yeux de Kyohei. Elle n’avait apparemment pas eu conscience de ce qu’elle avait fait. Et tout ça n’était arrivé à la base que par la faute du jeune homme. Il ne put alors retenir un petit gloussement puis attendant que la jeune enfant se relève il lui fit signe de la main de s’approcher de lui. Puis lorsqu’elle fut à bonne distance le goron leva alors la main pour lui donner une petite pichenette sur le front. Puis regardant la kokiri avec un regard doux il lui répondit alors :

    « Tu n’as pas à t’excuser … tu n’y es pour rien »

    A ces mots il baissa alors la main pour la laisser choir sur le sol. C’est alors que la grotte toute entière se mit à trembler violemment, mais pour autant Kyohei ne bougea pas d’un pouce. L’éruption était partie, dans quelques secondes la lave aller venir serpenter le long de la montagne pour gagner la grotte, puis se détournera au dernier moment. Et c’est ce qui arriva, quelques secondes plus tard, la lave tombait du haut de l’entrer pour tomber lourdement sur le sol sans toutefois entrer dans la caverne. Qui elle ne cessait de trembler. Le jeune homme tourna alors la tête vers l’entrée pour regarder le liquide gluant tomber.


___________________________________

Encore une fois merci, j'adore trop *w* ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kokiri
Messages : 57

Feuille de personnage
Rubis:
149/4000  (149/4000)


MessageSujet: Pichenette alouette !!!    Sam 1 Sep - 19:43


Je me releva face à Kyohei, qui avait un regard fatigué mais gentil. Il semble vouloir dire quelques choses, mais je n'arrive pas à lire ses pensés... Je me recule et l'observe, j'essaie toujours de lire sur son visage.Est il en colère contre moi ? je m'inquiète un peu.. Mon nouvel ami, fit un geste un de la main qui s'adressait à moi. Sans agressivité, ce geste était tout de douceur, il me faisait signe de m'avancer devant lui... Je le fit sans sourciller... Devant lui, je le regarda dans les yeux, à attendre qu'il me révèle ses pensé obscure à mes yeux... Aie!! une pichenette ? Bouh.. ça fait mal !! D'une voix toujours aussi douce il me dit:

"- Tu n’as pas à t’excuser … tu n’y es pour rien"

Je me sentait mieux apaisée par ses mots, j'était au nouveau de bonne humeur.. Grâce à la pichenette de Kyohei le gentil goron! Il tourna la tête vert la gauche, l'entré de la grotte, je fis de même, la lave s'écoulé tout autour de la grotte sans en franchir le seuil.. On pouvait même observer la lave couler devant l'entré de la grotte, comme si nous étions englouti sur ces flot tumultueux... Prisonnier mais protégé dans ce cocon bouillonnant. Bizarrement je m'y sent bien. Je sourit pour un rien et je me lève pour courir voir de plus près la lave qui tombe et je rie. Derrière Kyohei s'est levé, et s'est arrêté à mi chemin de moi. Il semble me surveiller comme si je risquait de faire une betise... Je me retourne... Il est face à moi les mains dans les poches l'aire fatigué.. Je lui fait un grand sourire et me jette dans ses bras pour le serré fort, comme réponse il posa l'un de ses mains sur ma tête et mit l'autre dans mon dos. A l'entré la lave commença à se désépaissir, et des îlots de pierre commencèrent à apparaître. C'EST JOLI!!!! J'aime vraiment la montagne de la mort, même le ciel y à l'air plus beau et plus merveilleux... D'ailleurs il y a une lumière dans le ciel.. cette lumière se rapproche... Ah... elle me rappelle quelques chose... Ebanrab !!!! Mon garçon fée se jette, dans mes cheveu rouge avant de les tirer pour m'éloigner de Kyo'. Il me dispute et il m'en de l'avoir laissé.. et d'avoir causé des ennuis. Il se pose sur mon épaule et me dit:

"- He Jiidaru.. Il est temps d'y aller."

Bouh... c'est nul j'ai pas envi... Mais bon... Je me recule et je cour pour sauter sur la pierre la plus proche sur la rivière de magma, puis la seconde.. Dans la grotte je vois Kyohei, je le salue avec de très grand geste et je lui cris:

"- Au revoir Kyo'!! Je dois y aller maintenant!! Mais je suis sure qu'on ce reverra !!! Saalluutt !!!"

Sur ces mots je m'en alla en sautant de pierre en pierre, Kyo m'observait de loin. Une fois en bas je put le saluer une dernière fois avant de disparaître pour de bon. Une fois au pied de la montagne je me tourna et cria de toute mes forces:

"- C’ÉTAIT GÉNIAAAAAAAAAAAAAAAL !!!!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Crépuscule
Messages : 64

Feuille de personnage
Rubis:
0/4000  (0/4000)


MessageSujet: Re: La montagne Goron de mes yeux [PV Kyohei Saotome]   Sam 13 Oct - 11:01

Bien le bonjour.

Cela fait depuis le 1 septembre que il n'y a pas eu de réponse, je prend des nouvelles pour savoir si vous avez terminé le RP.

D’Administratrice Blacky Moon

___________________________________


Thanks:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kokiri
Messages : 57

Feuille de personnage
Rubis:
149/4000  (149/4000)


MessageSujet: Re: La montagne Goron de mes yeux [PV Kyohei Saotome]   Lun 15 Oct - 16:30

Nion nion c'est pas fini!! attend il reste juste une réponse de Kyo c'est fini!!

___________________________________
Chou~~~~*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La montagne Goron de mes yeux [PV Kyohei Saotome]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La montagne Goron de mes yeux [PV Kyohei Saotome]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le son en montagne?
» La Montagne de Corton!
» Les yeux de la forêt
» Tout les sujets de Jako pour la beauté des yeux
» Peindre les yeux !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Legend of Zelda - The begin of end :: Archive RPs-